17 juin - pourtant jamais vu autant de pluie

Peut-être que seuls les maux se transforment en mot et que c'est pour ça que l'écriture a déserté mon quotidien. Sans qu'il ne s'agisse d'une angoisse, d'une chose abandonnée malgré soi, mais plutôt d'un lâcher prise, d'un oubli de soi salvateur. Les mots m'ont désertée, il n'y avait plus assez de souffrance pour les nourrir...

Quand le visage se lève vers le soleil, comment ne peut-il ne pas sentir une chaleur douce et rayonnante envahir le reste de son corps ?