lundi 13H26

L'effondrement se poursuit. La solitude m'engouffre. Les mots sont des pointes acérés. La volonté de ne pas s'en remettre aux autres. La volonté de ne pas céder à leur poids. La volonté de rester en place et construire, se reconstruire pas à pas. Ne pas avoir peur devant les angoisses existentielles.

Les larmes dans les yeux, le sourire aux lèvres. Me reste la volonté de m'en sortir.  Pas de fuite possible.
Ma vie est un champ de bataille.