Auber 9h23

A terre
lovés sur du béton ciré
lui et un corps
Seuls
exposés au regard

Les yeux fermés de la foule
un corps à terre

Le visage de la foule se détourne
Pour ne pas sentir l'odeur de la misère
Rien pour couvrir l'odeur impudique
une puanteur jetée en pâture

La foule
trop imprégnée de soi

Deux hommes tête-bêche
Deux jumeaux de fortune
Mèches de cheveux contre sommet de crâne.

Plus loin
La foule