Les indignés

C'était samedi, gare Saint Lazare, rassemblement avant le défilé vers l’hôtel de ville. Peu de monde au départ, je ne sais pas encore à qui j'ai à faire.
Attac, des étudiants en colère, des républicains espagnols... un drapeau tricolore, jaune, rouge, violet. Je me dis, le violet c'est original, mais personne ne sait ce qu'il symbolise.
Je récupère des tracts, je les perds.
Nous défilons, nous sommes une centaine "indignez-vous, révoltez-vous, indignez-nous, révoltez-vous". Des espagnols, ceux de la puerta del sol crient plus fort que les autres, ils ont l'expérience.
Le rassemblement s'arrête devant les places fortes de la finance : BNP Paribas, petit discours d'indignation et ça repart... et puis la Bourse. Je quitte le cortège, là. Les jeunes communistes nous attendent. Je prends quelques photos et je pars à regret. Mais que peut faire une bande de bisousnours devant un géant tentaculaire... David contre Goliath, faut tirer dans l'oeil.